Novembre, le mois des festivals

14

La conclusion du Dhaka International Folk Fest de trois nuits le 13 novembre sert à souligner tout ce que Dhaka a à offrir en tant que ville. Des milliers de personnes se sont réunies pour assister à la dernière soirée qui a réuni des musiciens du monde entier. Mettant en vedette des géants locaux tels que Momtaz Begum et des célébrités internationales célèbres telles que Kailash Kher, l’événement a été un spectacle de bout en bout.

Ce mois-ci, Dhaka accueillera également le Dhaka Lit Fest, qui commence le 17 novembre, et le festival de musique classique du Bengale en pleine expansion, qui démarre le 24 novembre. Des festivals comme ceux-ci contribuent largement à montrer la diversité culturelle de Dhaka en tant que ville, et la pléthore d’intérêts et d’efforts dont font preuve ses habitants. Chacun de ces festivals met en valeur un aspect différent de la ville et de ses nombreux habitants, et en fait une plate-forme internationale qui mérite d’être engagée.

Le succès continu de ces fêtes est un indicateur clair de ce que Dhaka a à offrir culturellement, non seulement à ses propres citoyens, mais au reste du monde. Malgré les innombrables tragédies que nous avons dû endurer cette année, le fait que ces festivals soient organisés sans entrave est un signe de la résilience du peuple bangladais, envoyant un message fort à ceux qui ont essayé et échoué de briser l’unité du pays. La congrégation de personnes de toutes religions, ethnies et âges est un beau rappel de l’histoire riche et diversifiée du Bangladesh et des idéaux séculiers que nous défendons depuis notre libération il y a 45 ans. Ne vous y trompez pas, Dhaka est, et a toujours été, un centre culturel – ce n’est que la pointe de l’iceberg.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here